L'actualité des TIC au Maroc et ailleurs

mercredi 8 octobre 2014

Le chiffre d’affaires qu’ont généré les TICs au Maroc est passé à 34 milliards de Dhs en 2013

tic au maroc

Lors des travaux de la 12ème réunion du réseau francophone de la régulation des télécommunications (FRATEL) tenue à Marrakech et qui a connu la participation de 130 cadres dont une vingtaine de dirigeants d’autorités de régulation de pays membres dudit  réseau, Azdine El Mountassir Billah, directeur général de l’Agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a expliqué que le Maroc a fait des TICs un levier majeur pour le développement d’une société de l’information et des connaissances et l’émergence d’une économie numérique.
Selon le DG de l'ANRT, le chiffre d’affaires qu’ont généré les TICs au Maroc est passé de 750 millions d’euros en 1999 à 3 milliards euros en 2013 (environ 34 milliards Dhs) et que c'est ainsi que ce secteur devient le premier contributeur fiscal du pays et s'accapare d’une bonne partie des investissements directs étrangers.
Il a précisé aussi que le Maroc compte plus de 43 millions d'abonnements à la téléphonie mobile avec un taux de pénétration de 130%, en plus de près de 8 millions de clients internet majoritairement connectés via la 3G (88%). 
Vu la pression sur les réseaux de télécommunications et la raréfaction des  ressources en spectre de fréquences causées par l'explosion des usages  et la baisse considérable des tarifs, d'autres ressources doivent être bien planifiés afin que le secteur des télécommunications puisse jouer son rôle d’accompagnement pour le développement économique et social de nos pays, a souligné Azdine El Mountassir Billah.
Selon ce dernier, le besoin en fréquences se développe à une vitesse telle que celles-ci pourraient ne plus être disponibles aisément et les méthodes conventionnelles d’affectation de bandes de fréquences commencent à montrer leurs limites; raison pour laquelle, on  doit réfléchir profondément  sur la manière de mener les planifications futures du spectre avec beaucoup d’innovation et de concertation, notamment au sein des instances internationales pour parvenir à des solutions répondant aux problématiques actuelles relatives à la capacité des débits des réseaux mobiles. 
En marge de cette réunion, une convention de coopération dans le domaine de la régulation des télécommunications a été conclue entre l’ANRT et son homologue du Mali, l’Autorité Malienne de régulation des télécommunications/TIC et Postes (l’AMRTP). La prochaine réunion du FRATEL se tiendra au cours du deuxième semestre 2015 sur le sujet « quel impact des convergences entre réseaux sur la régulation des communications électroniques ? ».
A propos de l'auteur;
Si vous avez la moindre question, n'hésitez pas à nous la poser
Si cette information a pu vous être utile, prière de la partager sur les réseaux sociaux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

commentaires